Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SHINKAI Makoto et NAGAKAWA Naruki – Elle et son chat

Publié le par Club Lecture de Soultz

SHINKAI Makoto et NAGAKAWA Naruki – Elle et son chat (Charleston)

 

 

Petit livre, sympathique, facile à lire, mêlant vies de chats et vies de femmes…

Un agréable bouffé d’air pur. Mignon et subtil.

Des histoires pleines de délicatesse et de simplicité. On suit la rencontre entre des chats et des femmes. C’est poétique, léger et grave à la fois… Un joli moment de lecture.

Je n’ai pas accroché.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

TORRETON, Philippe- Une certaine raison de vivre

Publié le par Club Lecture de Soultz

TORRETON, Philippe- Une certaine raison de vivre (Robert Laffont)

A l'issue de la Grande Guerre, Jean Fournier retrouve son emploi au Comptoir national d'escompte, où son amour pour Alice, la fille du directeur, lui permet de gravir les échelons. Hanté par les traumatismes de la guerre, il exorcise ses démons par l'écriture, dans le Paris des Années folles. Tandis qu'il retourne sur les terres de sa jeunesse, dans les Basses-Alpes, un nouveau conflit éclate.

 

Un homme qui erre entre deux mondes, celui de la guerre et après. On suit son parcours avec intérêt. L’auteur nous emmène dans une décennie puis une autre. On finit par se rendre compte que cet homme est cet auteur d’un livre merveilleux que j’ai beaucoup aimé « L’homme qui plantait des arbres », Jean Giono. L’auteur nous décrit sa vie, est-ce vrai ? ou un roman… J’ai aimé le suivre dans ce parcours, qu’il soit exact ou non.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

VENTURA, Maud - Mon mari

Publié le par Club Lecture de Soultz

VENTURA, Maud - Mon mari (L'iconoclaste)

Pour se prouver que son mari ne l'aime plus après quinze ans de vie commune, une épouse se met à épier tous ses gestes. Chaque jour, elle note méthodiquement les signes de désamour, les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, allant jusqu'à le tromper pour le tester. Face aux autres femmes, il lui faut être la plus soignée et la plus désirable. Prix du Premier roman 2021.

 

 Un livre déroutant. J’ai lu avec fascination l’histoire de cette femme « éternelle amoureuse », obsédée par son mari…On balance entre amusement et effroi… Et au final… (nous en reparlerons lors de la rencontre du Club Lecture…) Le roman se lit très bien.

Histoire d’un amour démesuré, dévorant. Passion amoureuse exclusive, plus rien n’existe à côté. Original, mais très dérangeant.

Beaucoup aimé, écriture précise, situations caricaturales. Quel couple de folie !!! … Mais peut-être un peu chacun de nous…

Jubilatoire, la narratrice est bien « follement » amoureuse de son mari. Amour ou désamour ? J’ai adoré l’épilogue…

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

OZIEWICZ, Tina - Nous, les émotions

Publié le par Club Lecture de Soultz

OZIEWICZ, Tina - Nous, les émotions (La Partie)

Un panorama des émotions incarnées par 31 créatures surprenantes : l'amour qui illumine, la reconnaissance qui réchauffe, la colère qui explose ou encore la joie qui bondit sur un trampoline.

 

Album qui se parcourt avec plaisir. Chaque émotion est personnifiée, agit. Et cette action est illustrée de façon humoristique, convaincante.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

ZIDROU - La baleine bibliothèque

Publié le par Club Lecture de Soultz

ZIDROU - La baleine bibliothèque (Le Lombard)

 La rencontre entre une baleine bibliophile qui abrite dans son ventre une bibliothèque et un postier maritime dont la femme attend un enfant, et qui aime les histoires qui finissent bien. Un album poétique et sensible sur la vie, la mort et l'éternité.

 

Plein de poésie et de sensibilité…

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

Lectures d'Hiver

Publié le par Club Lecture de Soultz

Lectures d'Hiver

- ADAMIEC, Martin - Comment dire ce qui m'échappe encore (Tourneciel)
- ALTAN Ahmet – Madame Hayat (Actes Sud)
- APPANAH, Nathacha - Rien ne t'appartient (Gallimard)
- BATAILLE, Christophe - La brûlure (Bernard Grasset)
- BELPOIS, Bénédicte - Saint Jacques (Gallimard)
- DELACOURT, Grégoire - L'enfant réparé (Bernard Grasset)
- DIOP, David - La porte du voyage sans retour (Seuil)
*- DUPONT-Monod, Clara - S'adapter (Stock)
- HASHIMI, Nadia - Là où brillent les étoiles (Hauteville)
-  HORNAKOVA-CIVADE Lenka - Giboulées de soleil (Gallimard)
- ISHIGURO, Kazuo - Klara et le soleil (Gallimard)
- KEANE, Mary Beth - La cuisinière (10/18)
- MEHRAN, Marsha - Une soupe à la grenade (Ed. Philippe Picquier)
- MESSINA, Laura Imai - Ce que nous confions au vent (Albin Michel)
- MONTERO, Rosa - La bonne chance (Métailié A.-M.)
- MOUQUET, Juliette - Je connais une étoile qui a soif (
Tourneciel)
*- OWENS, Delia - Là où chantent les écrevisses (Seuil)
- ROHE, Jean-Marie – Lézardes du silence (
Tourneciel)
- SHINKAI Makoto et NAGAKAWA Naruki – Elle et son chat (Charleston)
- STRICKLER, Albert – Et toucher doigt nu la pulpe de la lumière (
Tourneciel)
- TORRETON, Philippe- Une certaine raison de vivre (Robert Laffont)
- VENTURA, Maud - Mon mari (L'iconoclaste)

A découvrir :
- VALDENAIRE, Isabelle - Regards de femmes : plus que des mots (ID l'édition)
- OZIEWICZ, Tina - Nous, les émotions (La Partie)
- ZIDROU - La baleine bibliothèque (Le Lombard)

 

Notre prochaine réunion à la Médiathèque de Soultz…
Jeudi 3 Mars 2022 à 14h

En vous souhaitant de belles fêtes !!!

L’Équipe de la Médiathèque

Publié dans Sélection proposée

Partager cet article
Repost0

ABECASSIS, Eliette - Instagrammable

Publié le par Club Lecture de Soultz

ABECASSIS, Eliette - Instagrammable (Grasset & Fasquelle)

Sacha, Lou, Solal et Jade sont tous nés au tournant des années 2000 et ont grandi bercés par la culture Instagram. Salomé, la star du lycée grâce à ses dizaines de milliers de followers sur le réseau social, symbolise cette jeunesse constamment connectée, entre histoires de cœur, fossé générationnel, dépendance et violence.

 

C’est difficile d’être adolescents de nos jours, avec tous les réseaux. Difficile aussi pour les parents. Apprendre à dire non…

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

ARDITI, Metin - L'homme qui peignait les âmes

Publié le par Club Lecture de Soultz

ARDITI, Metin - L'homme qui peignait les âmes (Grasset)

Acre, 1078. Avner, adolescent juif, est ébloui par une icône dans un monastère. Il souhaite se consacrer à cet art même s'il n'a pas la foi. Il se convertit, quitte sa famille et apprend les techniques ainsi que les textes sacrés jusqu'à devenir l'un des plus grands iconographes de Palestine. Il refuse de ne représenter que Dieu et les saints, et ose peindre les visages de gens ordinaires.

 

Avner (jeune Juif) qui a 14 ans prêche avec son père. A l’occasion d’une livraison au monastère, son regard se porte sur une icône. C’est l’éblouissement. Et alors commence une épopée comme sait nous en conter l’auteur. Portrait d’un artiste qui cherche à être libre dans un monde rigide et fanatique. Belle fresque sur les religions. Magnifique !!

Une histoire très bien racontée. Un style simple, mais beau. Un livre qui parle d’art, de religion, mais aussi de liberté, d’humanité, de beauté…

Facile à lire, conte sur la tolérance, la liberté et l’ouverture d’esprit.

Un très beau voyage… une leçon d’humanisme… sensualité et spiritualité. Un agréable moment de lecture…

Mêmes sentiments que tout ce qui a été écrit précédemment. J’ai aimé.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

BARBERY, Muriel - Une rose seule

Publié le par Club Lecture de Soultz

BARBERY, Muriel - Une rose seule (Actes Sud)

Rose, botaniste française, quadragénaire et célibataire, apprend qu'elle est l'héritière de son père, un Japonais qu'elle n'a jamais connu. Elle part alors à Kyôto pour assister à l'ouverture du testament. Paul, l'assistant de son père, l'accueille et lui fait découvrir la ville à partir d'un itinéraire imaginé par le défunt.

 

Merveilleusement écrit. Du romantisme à l’état pur pour peu qui sait s’y plonger.

Une déambulation dans les jardins, dans l’imaginaire et la culture nippone. Une écriture très poétique, où la souffrance et la tristesse deviennent « beaux »…

Rose va faire un voyage initiatique imaginé par un père qu’elle n’a pas connu. On la suit dans sa découverte avec plaisir.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

DUMONT, Martin -Tant qu'il reste des îles

Publié le par Club Lecture de Soultz

DUMONT, Martin - Tant qu'il reste des îles (Les Avrils)

Les habitants d'une petite île sont préoccupés par la construction d'un pont les reliant au continent. Certains envisagent de bloquer le chantier. Léni, un homme séparé de la mère de sa fille, qu'il ne voit qu'un week-end sur deux, garde ses distances face à cette agitation. Il passe son temps à réparer des bateaux, à jouer à la coinche au bar et à prendre le large dès qu'il le peut.

 

J’ai beaucoup aimé l’écriture de ce roman : simple, parole assez incisive. C’est une histoire de vie et de construction d’un pont, sujet qui m’est familier, étant depuis mon enfance une « occupante » d’île de l’Atlantique célèbre pour ses maisons blanches et son port construit en 1988.

Récit tournant autour d la construction d’un pont qui reliera l’île au continent. C’est une petite révolution pour l’île. Surtout pour les pêcheurs. Agréable à lire.

C’est un beau roman qui interroge sur les changements de vie. On respire l’air marin et on partage avec plaisir le quotidien des liens.

Publié dans Premières impressions

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>